#VBG_Au_Mali : à la lumière de la Covid-19, les inégalités s’aggravent

Dans le secteur informel, nombreuses sont les femmes maliennes qui y travaillent. Or ce domaine est aussi touché par les mesures adoptées dans le cadre de la prévention de la pandémie de Covid-19, faute de non-assistance par les autorités politiques.

« COVID-19 signifie pour elles : “Chiffres d’affaires réduits de 50 % à 100 %”, “Interruption de revenu”, “Pas de client”, “Arrêt d’activités génératrices de revenus”, “Pertes”, “Marchés réduits” », rapporte l’ONU femmes en mai 2020. Dans cette étude, cette organisation onusienne brosse le tableau noir de la situation de la femme malienne sous cette pandémie de coronavirus.

Des travailleuses du secteur informel

La plupart des femmes maliennes, selon ce rapport de 20 pages, sont des membres ou employées des coopératives ou des entreprises de transformation agro-alimentaires, entre autres. Ce sont des activités qui nécessitent le regroupement de plusieurs personnes et restent dépendantes des commandes étrangères.

Lire aussi Pourquoi encourager les femmes en politique

Mais, avec la fermeture des frontières, ces entreprises sont pour la plupart contraintes à fermer leurs portes : « Pour gagner leur vie, les femmes dépendent souvent de l’espace public et des interactions sociales, qui sont désormais restreintes pour contenir la propagation du virus », indique l’Institut national de la statistique (INSTAT) en février 2018.

Ainsi, cette restriction ne peut qu’avoir des conséquences sur leurs activités et, par ricochet, leur vie. Or, ces entreprises féminines sont, en majorité, sans accompagnement de l’État, rapporte-t-on. Cette situation a donc conduit la plupart de celles-ci au chômage.  

Accroitre les tensions

En plus des inégalités dans le domaine de l’entrepreneuriat, le domaine de l’éducation n’a pas été épargné en cette période de la pandémie de Covid-19. Pendant cet arrêt des cours, beaucoup d’écolières se retrouvent à mener des petits commerces. Ce qui pourrait entraîner des viols, des tentatives de viol ou autres agressions sur elles.

Lire aussi Mettre à contribution les femmes dans la lutte contre le réchauffement climatique

Aussi, cette fermeture des écoles peut-elle également favoriser le mariage des enfants. Comme pour montrer que « l’école peut constituer un prétexte pour préserver les filles du mariage ». En plus, cet arrêt des cours, selon l’ONU femmes, peut accroître les tensions, les violences domestiques à l’égard des enfants.

Des grossesses non-désirées

En cette période de pandémie, les femmes se trouvent grandement exposées à plusieurs dangers sanitaires. « Les activités promotionnelles, notamment les campagnes en faveur de la [planification familiale] et de lutte contre les fistules obstétricales, pourraient ne plus devenir la priorité et donc délaissées accentuant ainsi l’incidence des grossesses non désirées et des avortements provoqués », signale-t-on dans ce rapport. Or, le contrôle des naissances est un droit pour les femmes.

Lire aussi Accès à la santé: Chaque jour, près de 830 femmes meurent dans le monde

Dans ce document composé de trois parties, ce n’est aucun doute que le coronavirus pèse plus sur les femmes que les hommes : « La pandémie menace les progrès accomplis en Afrique. Elle aggravera les inégalités existantes », selon Antonio Guterres, l’actuel secrétaire général de l’ONU.

Togola

Phileingora

Fousseni Togola est né à Fana, dans la région de Koulikoro. Il a obtenu son baccalauréat au lycée Cabral de Ségou, au Mali. Aujourd’hui, M. Togola est détenteur d’un Master en philosophie, obtenu à l’École normale supérieure (ENSUP) de Bamako. Présentement, il est professeur de philosophie, journaliste-blogueur, écrivain et Mondoblogueur. Il est auteur de « La société close et ses militants » et de la « Féminitude » et de « Le Mali sous IBK : sept ans d’obscurantisme » qu’il a publié sous le pseudonyme Chiencoro. M. Togola est membre de la Communauté des blogueurs du Mali (DONIBLOG) et contributeur à Benbere, plateforme des blogueurs maliens. Fousseni Togola est fondateur et directeur de publication du site web d’informations générales, d’analyses et d’enquêtes phileingora.org. Il occupe le poste de rédacteur en chef adjoint au journal malien Le Pays. En 2020, il a été nominé au prix Mali Média Award (MAMA).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :