Rage climatique ou désobéissance à la loi ?

Chaque jour que Dieu fait nous le confirme. La désobéissance ou l’indifférence aux lois ne peut être que dommageable.

Les lois qui constituent l’expression de la volonté générale ne sont instituées que pour être mises en œuvre. Des applications qui ne visent que la lutte contre des formes d’injustice et l’instauration de plus d’égalité dans la société. Mais cette justice peine à se concrétiser dans les faits. À une époque où les plus faibles subissent pourtant injustement les conséquences des actions des plus forts sans bénéficier d’aucune assistance de leur part. 

Lire aussi La liberté oui, mais la stabilité du pays aussi

« L’obéissance à la loi qu’on sait prescrite est liberté », disait l’écrivain français Jean Jacques Rousseau. C’est justement cette liberté qui est également au fondement de la désobéissance de la loi et par ricochet de l’asservissement des pays en développement.

Toutes ces poussières de sables qui envahissement nos pays et affaiblissement la visibilité ; ces mégafeux qui dévastent nos flores et nos faunes ; l’instabilité des saisons qui se constate à travers le changement brusque de la température ; tantôt froid, tantôt chaud constituent des preuves manifestes du changement climatique et des conséquences de notre désobéissance à la loi.  

Lire aussi Les législatives à tout prix ou la politique de l’Autruche ?

Durant cette semaine, la Mauritanie aussi bien que le Sénégal se sont vus face à une tempête de sable qui a handicapé les mouvements des citoyens. Qu’en est-il de l’apparition d’épidémies ou de pandémies faisant des ravages sur leur passage ? « L’urgence climatique mondiale menace la sécurité et la stabilité », soulignait Antonio Guterres, secrétaire général des Nations unies, en juin 2019.

Tous les signes sont présents pour nous convaincre de l’évidence du changement climatique et nous inviter à agir en appliquant les décisions prises lors des rencontres à l’allure de banquets.

Lire aussi La mauvaise gouvernance, ce terreau de l’expansion terroriste dans le sahel

Les recommandations issues de ces rencontres pourrissent malheureusement dans les tiroirs comme des bananes mures qu’on cueille et garde soigneusement au lieu de les consommer immédiatement. Dans cette dynamique, comme un lion libre dans une bergerie, le changement climatique ne fera que s’aggraver et l’humanité se rapprocher, le plus vite possible, de son autodestruction. Comme pour dire que la loi du Talion n’est pas ignorée par la nature.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :