Prix Johann Brand : Alima Madina, écrivaine et philosophe, reçoit une autre distinction honorifique

Pour l’édition 2020 du Prix Johann Brand, Alima Madina, une écrivaine congolaise de Brazzaville figure parmi les lauréats. Cette distinction honorifique lui a été décernée le 25 juillet 2020 au Centre Culturel russe de Brazzaville.

Née de parents musulmans, Alima Madina a exercé pendant longtemps comme professeur de philosophie avant de se retrouver à l’inspection générale comme inspectrice itinérante. Elle arrive à la littérature par l’obtention de différents prix littéraires. En 1993, elle remporte le 1er prix de la nouvelle grâce à un concours d’écriture organisé par la Fédération des femmes pour la démocratie. La même année, Alima Madina obtiendra le 1er prix de la poésie. Un concours organisé par la bibliothèque de Kinkala, dans le Pool, une région de son pays. Ce n’est pas tout, après ce prix, elle gagne un autre en poésie, en 1994. Il s’agit du prix Tchicaya U’Tamsi à Pointe Noire, deuxième ville de son pays. Ce concours avait été organisé par le cercle d’études et de civilisation loango.

C’est vingt ans après l’obtention de ces premiers prix que ses premiers ouvrages verront le jour.

Toujours au titre des prix gagnés par cette philosophe, notons le prix d’honneur de la francophonie, poésie -UNICEF, en France à Paris en 2013. Elle est désignée meilleur écrivain de l’année en 2015. A cette occasion, elle reçoit le trophée des meilleurs écrivains, organisé par les Sanzas de Mfoa de son pays.

Parmi les nombreux écrits de Alima Madina, nous pouvons citer entre autres : Splendeur cachée, un recueil de poésies publié chez l’Harmattan Congo Brazzaville en 2013 ; La voix de la femme qui espère, un recueil de nouvelles publié chez le même éditeur en 2014 ; Survie, également un recueil de poésies publié en 2017 chez le même éditeur. En 2019, elle publie le recueil de nouvelles Le calife déchu.

Rappelons que le prix Johann Brand est organisé en mémoire d’un enfant mort à l’âge de 7 ans, terrassé par le cancer du rein. En mémoire de cet enfant qui a laissé, en dépit de son jeune âge, un recueil de poésie, une œuvre picturale a été éditée à titre posthume par sa mère. C’est d’ailleurs celle-ci qui est l’initiatrice de ce prix. Elle est écrivaine et chargée de cours à l’Université Marien Ngouabi. Ce prix récompense des écrivains qui se sont illustrés par des écrits visant le bien-être, et les bienfaits dans l’humanité.

Alima Madina est une écrivaine prolifique, une femme qui se bat courageusement pour les droits des femmes. Elle fait la fierté de la philosophie en Afrique.

Togola  

Phileingora

Fousseni Togola est professeur de philosophie, journaliste-blogueur, écrivain et Mondoblogueur. Il est auteur de « La société close et ses militants », de la « Féminitude » et de « Le Mali sous IBK : sept ans d’obscurantisme » qu’il a publié sous le pseudonyme Chiencoro. M. Togola est membre de la Communauté des blogueurs du Mali (DONIBLOG) et contributeur à Benbere, plateforme des blogueurs maliens. Fousseni Togola est fondateur et directeur de publication du site web d’informations générales, d’analyses et d’enquêtes phileingora.org. En 2020, il a été nominé au prix Mali Média Award (MAMA). La même année, il est lauréat du "Prix de Reconnaissance des Médias « Restez à la Maison », dans la catégorie presse en ligne au Mali, de la fondation Merck.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :