Non, aucun candidat ivoirien n’a mis de l’argent dans sa copie

Depuis quelques jours circule sur les réseaux sociaux une image faisant croire qu’un candidat à l’examen de baccalauréat en Côte d’Ivoire a mis dans sa copie un billet de banque. Après plusieurs vérifications, il s’avère que cette information n’est pas fondée.

Partagée 2,3 K de fois avec de 2,8 K de commentaires sur cette page Facebook, cette image d’une copie d’examen contenant un billet vert de 5000 FCFA a fait le buzz sur les réseaux sociaux au cours de cette semaine. Sur la page qui a publié cette information, on peut lire : « Correction bac [physique-chimie], un billet de 5000 FCFA a été retrouvé ». Aucune autre précision n’est donnée. 

Philein Check s’est intéressé à cette image afin d’en savoir plus. Notre premier constat a été qu’il s’agit bien d’un billet de banque qui n’a même pas encore été plié. On se demanderait alors comment un élève de la terminale peut se retrouver dans une salle d’examen avec un tel billet. L’autre aspect, c’est l’impossibilité que la copie passe inaperçue des surveillants ainsi que du secrétariat, là où d’ailleurs les en-têtes de chaque feuille d’examen sont coupés. En principe, le correcteur ne devrait point être le premier à retrouver cet argent.

En dehors de tous ces aspects, il faut reconnaitre qu’une telle information, si elle était réelle, allait faire la Une de la plupart des journaux crédibles. Mais en effectuant des recherches poussées sur le Net, nous n’avons retrouvé l’information sur aucun site crédible. À part ce site, qui cite d’ailleurs la page Facebook à l’origine de l’information qu’il confond à un site web, on ne retrouve l’information nulle part ailleurs. D’ailleurs, ce site n’indique même pas le pays dans lequel le phénomène a eu lieu. Cela est pareil pour certaines publications sur les réseaux sociaux.

Contactée sur la question, la Direction des examens et des concours de la Côte d’Ivoire indique n’avoir reçu aucune information officielle sur cette question de copie. Elle indique l’avoir appris également via les réseaux sociaux. Outre cela, M. Sangaré, un ressortissant ivoirien ayant passé son examen de Baccalauréat en Côte d’Ivoire avant de rejoindre le Mali, nous fait comprendre que ces genres de fraudes ne passent jamais inaperçus en Côte d’Ivoire. Mais à ses dires, même la télévision nationale ivoirienne n’en a pas parlé à forte raison d’autres télévisions voire médias.

À partir de ces résultats, nous estimons qu’il s’agit bien d’une fausse information. Car nous savons que l’année dernière, en Côte d’Ivoire, lors des examens, la corruption a été largement dénoncée.

Notons que d’autres images similaires ont commencé à circuler sur Facebook en cette fin de semaine. Mais comme la première, aucune n’a un fondement solide.

Fousseni Togola  

Phileingora

Fousseni Togola est né à Fana, dans la région de Koulikoro. Il a obtenu son baccalauréat au lycée Cabral de Ségou, au Mali. Aujourd’hui, M. Togola est détenteur d’un Master en philosophie, obtenu à l’École normale supérieure (ENSUP) de Bamako. Présentement, il est professeur de philosophie, journaliste-blogueur, écrivain et Mondoblogueur. Il est auteur de « La société close et ses militants » et de la « Féminitude » et de « Le Mali sous IBK : sept ans d’obscurantisme » qu’il a publié sous le pseudonyme Chiencoro. M. Togola est membre de la Communauté des blogueurs du Mali (DONIBLOG) et contributeur à Benbere, plateforme des blogueurs maliens. Fousseni Togola est fondateur et directeur de publication du site web d’informations générales, d’analyses et d’enquêtes phileingora.org. Il occupe le poste de rédacteur en chef adjoint au journal malien Le Pays. En 2020, il a été nominé au prix Mali Média Award (MAMA).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :