Moussa Mara juge les sanctions de la CEDEAO trop sévères

Les sanctions branlées par la CEDEAO contre le Mali sont diversement appréciées. Appelé à se prononcer sur la question à l’émission « Afrique midi » de RFI, ce vendredi 21 août 2020, Moussa Mara juge ces décisions trop sévères.

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a adopté douze décisions contre le Mali en raison du renversement d’Ibrahim Boubacar Keïta, ex-président de la République malienne. Selon Moussa Mara, président du parti Yelema le changement, les mesures de la CEDEAO sont trop sévères. Mara invite l’institution sous-régionale à tenir compte des réalités maliennes.

Selon Moussa Mara, les sanctions proférées par la CEDEAO, à l’issue du sommet extraordinaire virtuel des chefs d’État et de gouvernement, le 20 août 2020, ne doivent pas être appliquées sur le Mali au risque de faire souffrir davantage la population que les militaires putschistes.

L’ancien Premier ministre d’IBK trouve certaines des mesures de la CEDEAO irréalistes. En effet, à ses dires, le rétablissement d’IBK à ses fonctions de chefs d’État est difficile. Il invite alors à tourner la page d’IBK et à penser à la mise en place d’une transition démocratique. À l’en croire, il faudrait sortir de la phase d’incertitude dans laquelle se trouve le Mali aujourd’hui. Cela à travers la mise en place d’une transition démocratique.

Pour la mise en place de cette transition, M. Mara se dit disponible à coopérer avec les militaires putschistes. Mais il précise n’être intéressé par aucun poste pour le moment. L’essentiel étant pour lui d’arriver à des élections.

Notons que ce samedi 22 août 2020, une délégation de la CEDEAO, dirigée par l’ex-président Nigérian Goodluck Jonathan, est attendue au Mali. Elle rencontrera le Comité national pour le salut du peuple (CNSP) qui a renversé l’ex-président IBK, le mardi 18 août 2020.

Chiencoro

Phileingora

Fousseni Togola est né à Fana, dans la région de Koulikoro. Il a obtenu son baccalauréat au lycée Cabral de Ségou, au Mali. Aujourd’hui, M. Togola est détenteur d’un Master en philosophie, obtenu à l’École normale supérieure (ENSUP) de Bamako. Présentement, il est professeur de philosophie, journaliste-blogueur, écrivain et Mondoblogueur. Il est auteur de « La société close et ses militants » et de la « Féminitude » et de « Le Mali sous IBK : sept ans d’obscurantisme » qu’il a publié sous le pseudonyme Chiencoro. M. Togola est membre de la Communauté des blogueurs du Mali (DONIBLOG) et contributeur à Benbere, plateforme des blogueurs maliens. Fousseni Togola est fondateur et directeur de publication du site web d’informations générales, d’analyses et d’enquêtes phileingora.org. Il occupe le poste de rédacteur en chef adjoint au journal malien Le Pays. En 2020, il a été nominé au prix Mali Média Award (MAMA).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :