Migration : quand l’homme refuse de suivre la loi de la nature

Depuis la nuit des temps, la migration est au cœur du monde. Ce mouvement irrégulier est connu non seulement des animaux et oiseaux, mais aussi des hommes. Cette mobilité serait une loi naturelle.

Le mouvement irrégulier des êtres d’un point vers un autre a toujours été présent dans le monde. Des animaux à l’homme en passant par les oiseaux, les recherches suffisamment fournies prouvent que la migration au lieu de constituer un problème constitue plutôt un facteur de développement social.

La migration animalière

Dans quelle contrée du monde il n’est possible d’observer des mouvements d’oiseaux cycliques. Au Mali, dans certaines localités, le début de l’hivernage n’est-il pas déterminé en fonction de la présence de certains oiseaux comme la cigogne ? Au début et à la fin de chaque saison pluvieuse, nous assistons également au mouvement de retour d’autres oiseaux.

Lire aussi Bilaly Tamboura, migrant de retour : « Je serai toujours prêt à reprendre le chemin »

Dans certaines autres parties du monde, les animaux sauvages migrent d’une forêt à l’autre à la recherche d’un meilleur vivre. Cette forme de migration a pourtant été décrite par Charles Darwin, philosophe évolutionniste. Selon celui-ci, ce mouvement irrégulier des oiseaux a notamment favorisé la dispersion des graines de certains arbres. Ce qui a favorisé leur développement. 

La migration humaine

Depuis la nuit des temps, les hommes se sont déplacés à la recherche d’une meilleure vie. Ce déplacement s’effectuait jadis à travers la chasse ou la cueillette qui étaient les principales activités dans nos sociétés ancestrales. Cette forme va évoluer en fonction de l’évolution des activités humaines ainsi que du besoin de l’homme. L’esclavage en est une de ces formes. Nous avons aussi la naissance du capitalisme qui a besoin de cette mobilité pour l’écoulement marchand. 

Lire aussi Lutte contre le réchauffement climatique : après le coronavirus, réformer les économies

Aujourd’hui, tenter de fermer les frontières en s’opposant à cette mobilité, c’est s’opposer à une loi naturelle. La passivité est l’ennemi numéro un de l’homme. Rester sur une place fixe dérange grandement l’homme. Ouvrez donc les frontières ! Laissez les hommes circuler à merveille !

Oumarou

Phileingora

Fousseni Togola est né à Fana, dans la région de Koulikoro. Il a obtenu son baccalauréat au lycée Cabral de Ségou, au Mali. Aujourd’hui, M. Togola est détenteur d’un Master en philosophie, obtenu à l’École normale supérieure (ENSUP) de Bamako. Présentement, il est professeur de philosophie, journaliste-blogueur, écrivain et Mondoblogueur. Il est auteur de « La société close et ses militants » et de la « Féminitude » et de « Le Mali sous IBK : sept ans d’obscurantisme » qu’il a publié sous le pseudonyme Chiencoro. M. Togola est membre de la Communauté des blogueurs du Mali (DONIBLOG) et contributeur à Benbere, plateforme des blogueurs maliens. Fousseni Togola est fondateur et directeur de publication du site web d’informations générales, d’analyses et d’enquêtes phileingora.org. Il occupe le poste de rédacteur en chef adjoint au journal malien Le Pays. En 2020, il a été nominé au prix Mali Média Award (MAMA).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :