Kabala : la quincaillerie Zoulca-Ada victime de braquage

Le banditisme est un phénomène qui coupe le sommeil aux citoyens maliens ces derniers temps. Si d’habitude, les braquages se font pendant la nuit, de plus en plus les bandits opèrent en pleine journée. 

Les fidèles viennent d’arriver de la mosquée, après la prière du vendredi. Les uns s’affairent à chercher à mettre quelque chose entre les dents, les autres à ouvrir leur commerce afin d’empocher quelque somme d’argent avant le petit soir. Cela bien vrai que durant ce moment de la journée suivant directement la fin de cette prière hebdomadaire des musulmans, les gens se font assez rares au dehors en attendant de finir à manger. C’est ce moment de la journée, entre 14 h et 15 h, que des malfrats ont choisi pour commettre leur braquage.

Située juste au bord de la voie principale menant de Kalaban-Coro à l’université de Kabala, au terminus de ce quartier de la commune de Kalabancoro, la quincaillerie Zoulca-Ada a été la cible de braquage d’hommes armés ce vendredi 24 juillet 2020.

Selon les informations reçues, les bandits, au nombre de cinq personnes, ont embarqué dans cette quincaillerie de référence dans cet endroit. Ils ont pointé leur arme sur les employés et les ont demandés de se mettre plat ventre. C’est alors que les braqueurs ont emporté tout ce qu’il y avait comme argent liquide dans ce grand magasin, précise notre source.

 De nos indiscrétions, il ressort qu’ils ont emporté près de deux millions de FCFA. « L’incident s’est produit juste après que j’ai été remettre une somme importante au comptable de la quincaillerie », nous indique un vendeur dont le magasin est contigu à cette quincaillerie.

Les mêmes sources nous ont indiqué qu’il n’y a eu ni de blessés ni de morts. Toutefois, c’est la confusion totale. Les uns et les autres s’étonnent du scénario de l’opération. En pleine journée et pendant que les boutiques voisines sont ouvertes, comment ces bandits ont-ils réussi à pénétrer dans cette quincaillerie ?, se demandent certaines personnes. Cela sans qu’aucune boutique voisine ni de clients ne les aperçoive.

Rappelons que le même jour et quasiment à la même heure, une branche de la même quincaillerie, située dans un autre quartier de Bamako (Siracoro Meguetana) a été également braquée, a-t-on appris de source proche. Le même scénario a été utilisé et la même somme équivalente emportée. Aucun blessé ni de morts enregistrés non plus.

Ces derniers temps, l’insécurité va crescendo au Mali. Il y a seulement moins de quinze jours qu’une pharmacie a été braquée à Kalaban-coura, quartier de Bamako. Le pharmacien a été tiré à bout portant par les bandits. Il a succombé à ses blessures. Sur la route de Bamako-Ségou, des véhicules de transports ont été également victimes de braquage durant la même période.

L’exacerbation de ce phénomène a commencé au même moment où le Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), mouvement hétéroclite opposé au régime du président de la République Ibrahim Boubacar Keïta déclenchait sa désobéissance civile. 

Bien vrai qu’il n’y ait pas encore de gouvernement en place au Mali, il convient que les autorités politiques songent rapidement à ce phénomène. 

Daou

Phileingora

Fousseni Togola est né à Fana, dans la région de Koulikoro. Il a obtenu son baccalauréat au lycée Cabral de Ségou, au Mali. Aujourd’hui, M. Togola est détenteur d’un Master en philosophie, obtenu à l’École normale supérieure (ENSUP) de Bamako. Présentement, il est professeur de philosophie, journaliste-blogueur, écrivain et Mondoblogueur. Il est auteur de « La société close et ses militants » et de la « Féminitude » et de « Le Mali sous IBK : sept ans d’obscurantisme » qu’il a publié sous le pseudonyme Chiencoro. M. Togola est membre de la Communauté des blogueurs du Mali (DONIBLOG) et contributeur à Benbere, plateforme des blogueurs maliens. Fousseni Togola est fondateur et directeur de publication du site web d’informations générales, d’analyses et d’enquêtes phileingora.org. Il occupe le poste de rédacteur en chef adjoint au journal malien Le Pays. En 2020, il a été nominé au prix Mali Média Award (MAMA).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :