#JenParle: « Camus, des pays de liberté », ou quand le vrai Camus se révèle

Mort dans un accident de voiture le 4 janvier 1960, Albert Camus continue d’influencer sa postérité, 60 ans après son décès. Composé de plus de 300 pages, Camus, des pays de liberté de Vincent Duclert est un ouvrage, publié le 8 janvier 2020. Son auteur nous indique ce qui fait la grandeur de Camus.

« Personnalité complexe et entière, individualité solaire et solitaire, intellectuel n’ayant jamais renoncé à rester artiste et écrivain, résistant quand tant de ses contemporains ont préféré la lâcheté ou le silence, Camus n’a pas transigé sur l’essentiel, le choix de la liberté, la recherche de la justice et le devoir de vérité ». À travers ce passage ou encore celui-ci : « Mort « trop jeune », Camus a laissé sa jeunesse entre nos mains, nous obligeant à réfléchir à la nôtre au regard de cette lumière portée sur nos existences », Vincent Duclert ne tarit pas d’éloges de cet intellectuel français d’origine algérienne.

Lire aussi « Comment gérer sa sexualité », un livre pour désacraliser la question

Camus, des pays de liberté nous révèle, dans un style simple et maitrisé, l’engagement d’Albert Camus pour la liberté. Ce, durant toute sa vie.

Fouillant dans des archives familiales, notamment la dernière intervention publique de Camus avant sa mort, le 14 décembre 1959 à l’université d’Aix-en-Provence, des suites d’un accident, Duclert nous fait revivre la vie de ce polymathe. Son héritage littéraire, philosophique, artistique ainsi que politique est largement expliqué.

Lire aussi Le Mali à ses fils : « On creuse doucement, mais sûrement ma tombe »

Ce livre constitue un témoignage poignant qui ne peut que nous aider à mieux comprendre la vie de cet intellectuel, une fierté africaine. À la lecture de Duclert, nous sommes amenés à la compréhension que la vie de Camus a été une vie d’intellectualisme et surtout d’engagement contre les oppressions. Ce qui vaut la raison d’être des œuvres immenses sur sa courte existence.

« [NDLR] notre livre se veut une enquête sur une conscience qui marqua son époque en France et dans le monde et qui demeure de notre temps, vivante et dérangeante, proche et bienveillante comme ces hommes et ces femmes dont on ne se résout pas qu’ils aient disparu, dont on recherche indéfiniment les traces en nous », témoigne Duclert.

Lire aussi Guerre de propagande ou mauvaise foi politique ?

Ce tapuscrit nous incite, à travers l’image de cet intellectuel engagé, d’avoir un regard sur nous-mêmes et sur notre rapport au monde que nous habitons.

Camus, des pays de liberté prouve bien que Duclert est marqué par la vie de cet écrivain français. Les nombreuses recherches fouillées, dont résulte ce travail, en sont la preuve.

Toutefois, pour mieux saisir toute la place qu’occupe Albert Camus dans la mémoire collective du monde, Duclert nous invite : ‘’ Pour comprendre Camus en homme libre, il faut s’arracher toutefois à des préjugés qui persistent parce qu’ils ont l’avantage de résumer un destin, l’« homme révolté », l’« étranger au monde ». ‘’

Lire aussi Le drame du Mali, c’est d’avoir aussi un peuple papillon !

La découverte de ce livre, que nous soyons de droite ou de gauche, pardon, de la majorité politique ou de l’opposition, ne peut que nous être d’une grande utilité. Il a le mérite d’être inscrit dans le cursus universitaire. Car il aidera les étudiants à découvrir le vrai Camus.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :