Fuite des sujets au DEF : le ministère de l’Éducation nationale dévoile les dispositions prises

Le directoire des syndicats de l’éducation signataire du 15 octobre 2016 a rencontré, vendredi 16 octobre 2020, le ministre de l’Éducation nationale, Doulaye Konaté. Au cours des échanges, la question de la fuite des sujets lors de l’examen du Diplôme d’étude fondamentale (DEF) a été abordée.

Échanger avec les syndicats sur sa vision de l’éducation malienne et recueillir celle des syndicats, discuter sur la fuite des sujets lors de l’examen du DEF et faire comprendre les dispositions prises à ce titre au niveau du département ministériel, tels sont entre autres des points qui ont été abordés au cours de cette rencontre de prise de contact entre le nouveau ministre de l’Éducation nationale et la synergie syndicale de l’éducation signataire du 15 octobre 2016.

Lire aussi Doulaye Konaté, ministre de l’Éducation nationale : « C’est aujourd’hui que commence la récolte des fruits »

À l’entame de ses propos, le ministre Doulaye Konaté a déploré la répression de la marche des enseignants, le 11 mars 2020. Il a également saisi l’occasion pour remercier les enseignants de l’accomplissement de leurs devoirs au cours de l’examen du DEF. Pour la bonne marche de l’école malienne, il n’a pas manqué à solliciter l’accompagnement des syndicats.

Au cours de cette rencontre, le ministre de l’Éducation nationale a déploré la fuite des sujets du DEF. Il juge ce fait de « phase sombre » de cet examen. À propos de cette fuite des sujets, le secrétaire général du ministère de l’Éducation nationale, Kinane Ag Gadeda a fait savoir que des procédures judiciaires sont engagées, avec la coopération des opérateurs téléphoniques, pour trouver les coupables de cette « phase sombre ». Il a rassuré que d’ores et déjà toutes les preuves sont réunies pour engager une procédure judiciaire contre les auteurs et complices de ces fuites. En effet, dans un communiqué du 14 octobre 2020 sur ce problème de fuite des sujets, le ministère de l’Éducation nationale laissait entendre : « Le Ministre de l’Éducation nationale se réserve le droit d’engager des poursuites judiciaires contre les auteurs de ces tentatives. » La même source rassurait : « Les enquêtes sont en cours et leurs conclusions seront transmises aux juridictions compétentes ».

Lire aussi Amadou Kéïta au cours du lancement des épreuves du DEF : « Nous nous engageons à faire en sorte que l’enseignement de base puisse voir son blason redoré »

Au cours de cette rencontre, les secrétaires généraux des différents syndicats composant la synergie n’ont pas manqué de mots à dire. Ils ont évoqué les tares du système éducatif malien sans oublier les difficultés, notamment sécuritaires, auxquelles les enseignants sont confrontés lors des surveillances.

Rappelons que les examens du DEF ont pris fin, mercredi 14 octobre 2020. Quant au Baccalauréat, les épreuves commenceront, lundi 19 octobre 2020.

Bakary Fomba, stagiaire

Phileingora

Fousseni Togola est né à Fana, dans la région de Koulikoro. Il a obtenu son baccalauréat au lycée Cabral de Ségou, au Mali. Aujourd’hui, M. Togola est détenteur d’un Master en philosophie, obtenu à l’École normale supérieure (ENSUP) de Bamako. Présentement, il est professeur de philosophie, journaliste-blogueur, écrivain et Mondoblogueur. Il est auteur de « La société close et ses militants » et de la « Féminitude » et de « Le Mali sous IBK : sept ans d’obscurantisme » qu’il a publié sous le pseudonyme Chiencoro. M. Togola est membre de la Communauté des blogueurs du Mali (DONIBLOG) et contributeur à Benbere, plateforme des blogueurs maliens. Fousseni Togola est fondateur et directeur de publication du site web d’informations générales, d’analyses et d’enquêtes phileingora.org. Il occupe le poste de rédacteur en chef adjoint au journal malien Le Pays. En 2020, il a été nominé au prix Mali Média Award (MAMA).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :