Contre la covid-19, il n’y aura peut-être jamais de solution miracle

La pandémie de coronavirus continue d’être une menace de santé publique. Lors d’une conférence de presse, le lundi 3 août 2020, le directeur général de l’OMS avertit sur la possibilité qu’il n’y ait peut-être jamais de solution miracle contre cette maladie.

L’Organisation mondiale de la santé a averti qu’il n’y aurait peut-être jamais de solution miracle contre la Covid-19, en dépit de la course aux vaccins, a rapporté l’Agence France presse (AFP). C’est en ces termes que le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus a souligné, lors d’une conférence de presse sur la covid-19, le lundi 3 août 2020, qu’« il n’y a pas de solution miracle pour le moment et il n’y en aura peut-être jamais ». Et de poursuivre que « les essais cliniques nous donnent de l’espoir », mais « cela ne veut pas nécessairement dire que nous aurons un vaccin » efficace, notamment sur la durée, a-t-il laissé entendre.

À en croire M. Tedros, le monde apprend chaque jour de cette maladie contagieuse. C’est pourquoi il se réjouit que le monde ait fait des progrès en matière d’identification des traitements susceptibles d’aider les personnes atteintes des formes les plus graves de covid-19 à se rétablir.

Selon Tedros Adhanom Ghebreyesus, des vaccins « font actuellement l’objet d’essais cliniques de phase trois et nous espérons tous disposer d’un certain nombre de vaccins efficaces qui peuvent aider à prévenir l’infection ». Car à ses dires, aujourd’hui, il importe de travailler à arrêter les flambées. « Tester, isoler et traiter les patients, rechercher et mettre en quarantaine leurs contacts. Fait tout », a-t-il indiqué avant de souligner qu’« Informer, responsabiliser et écouter les communautés. Fait tout. »

Le directeur général de l’OMS rappelle alors les mesures barrières à observer, notamment garder une distance physique, porter un masque, se laver les mains régulièrement et tousser en toute sécurité loin des autres. 

Cependant, il avertit sur les risques de lever trop rapidement les restrictions. À l’en croire, cela peut entraîner une résurgence.

Des études sont en cours afin de connaitre l’origine de cette pandémie de covid-19, a-t-il souligné au cours de cette conférence de presse.

Dans une étude publiée sur le site internet Futura Science, le 2 août 2020, on peut lire que l’origine de cette maladie remonte à des chauves-souris. « [ndlr] Une équipe internationale de chercheurs annonce aujourd’hui que la lignée de virus dont est issu le SARS-CoV-2 circule chez la chauve-souris depuis au moins 40 ans », peut-on lire sur ce site d’actualité scientifique.

Togola

Phileingora

Fousseni Togola est né à Fana, dans la région de Koulikoro. Il a obtenu son baccalauréat au lycée Cabral de Ségou, au Mali. Aujourd’hui, M. Togola est détenteur d’un Master en philosophie, obtenu à l’École normale supérieure (ENSUP) de Bamako. Présentement, il est professeur de philosophie, journaliste-blogueur, écrivain et Mondoblogueur. Il est auteur de « La société close et ses militants » et de la « Féminitude » et de « Le Mali sous IBK : sept ans d’obscurantisme » qu’il a publié sous le pseudonyme Chiencoro. M. Togola est membre de la Communauté des blogueurs du Mali (DONIBLOG) et contributeur à Benbere, plateforme des blogueurs maliens. Fousseni Togola est fondateur et directeur de publication du site web d’informations générales, d’analyses et d’enquêtes phileingora.org. Il occupe le poste de rédacteur en chef adjoint au journal malien Le Pays. En 2020, il a été nominé au prix Mali Média Award (MAMA).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :