Comment la pandémie du coronavirus paralyse le secteur de la culture

Les effets de la pandémie du coronavirus n’épargnent aucun domaine. La paralysie du secteur de la culture est celle qui soulève assez d’inquiétudes en raison de la place qu’elle devrait jouer en cette période difficile.

« De nombreux artistes et créateurs, en particulier ceux qui travaillent dans l’économie informelle ou des concerts, sont désormais incapables de joindre les deux bouts, et encore moins de produire de nouvelles œuvres d’art. Les institutions culturelles, grandes et petites, perdent des millions de revenus, chaque jour qui passe. » Ces propos sont du sous-directeur général de l’UNESCO pour la culture, Ernesto Ottone. La paralysie du secteur de la culture est une réalité commune à tous les pays du monde entier.

Les spectacles annulés

Cette pandémie du coronavirus a entraîné une véritable crise économique mondiale qui frappe tous les secteurs d’activité. Mais certains plus que d’autres. Le domaine de la culture est celui du rassemblement des hommes par excellence. Mais, aujourd’hui, dans le monde entier, les concerts, les salles de production, les spectacles sont tous à l’arrêt en raison du Covid-19. Les activités culturelles traversent une période sombre de leur histoire.

Lire aussi Fermeture des écoles : le soliloque d’un enseignant

Au cours d’un entretien avec le comédien et humoriste malien, Souleymane Kéita dit Kanté, la semaine dernière, celui-ci n’a pas manqué à nous faire savoir les difficultés que les humoristes traversent en cette période. Ce en raison de l’interdiction des grands rassemblements pour prévenir cette pandémie, précise-t-il. En cette période, plus de spectacle.

Crise économique indéniable

Au Mali, les éditions La Sahélienne, une des plus vieilles maisons d’édition du pays, sont obligées de travailler à distance en suspendant toutes ses activités de promotion littéraire, de présentation au grand public en raison de cette pandémie. Selon le fondateur de cette maison, Ismaila Samba Traoré, il a « cessé de recevoir les invités » à son bureau. Ce qui n’est pas sans conséquence économique sur l’entreprise surtout dans un pays où les éditeurs ne reçoivent pas d’accompagnement des autorités politiques du pays. 

Lire aussi Interview exclusive de Souleymane Kéïta alias Kanté : « En cette période de coronavirus, j’ai préparé plein de choses pour faire rire mes fans »

Cette situation, comme l’explique Aminata Dramane Traoré, l’ex-ministre de la Culture du Mali et écrivaine, n’est pas propre au Mali. C’est une crise mondiale et les solutions qui doivent être adoptées doivent tenir compte de cet aspect.

Encourager la production culturelle  

« À une époque où des milliards de personnes sont physiquement séparées les unes des autres, la culture nous rassemble. Il apporte réconfort, inspiration et espoir à un moment de grande anxiété et d’incertitude. Pourtant, même si nous comptons sur la culture pour nous sortir de cette crise, la culture souffre également », déplore Ernesto Ottone qui estime nécessaire non seulement de faire face rapidement au Coronavirus, mais aussi à mettre en place des mesures pour soutenir les artistes et l’accès à la culture.

Lire aussi Maître de la nature, l’homme serait-il devenu un possesseur déchu ?

 Comme les médecins, les agents des banques, les journalistes, etc., les hommes de culture ne méritent pas le confinement. Cette pandémie doit plus les mobiliser dans leur production afin de déstresser les citoyens dans leur confinement.

Pour vaincre cette paralysie du secteur de la culture, l’accompagnement des autorités politiques est indispensable. En attendant que les autorités se manifestent, l’humoriste malien Kanté s’est donné pour devoir durant cette période difficile de faire rire davantage ses fans à travers de petites vidéos qu’il publie sur sa chaine YouTube.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :