Charte de la transition : plusieurs partis politiques signent leur adhésion

Alors que la Charte de la transition adoptée samedi 12 septembre 2020 crée du bruit, des formations politiques se reconnaissent des conclusions issues des trois jours de concertations nationales.

La Charte de la transition reçoit de plus en plus d’adhésion. Plusieurs formations politiques, à travers des communiqués, se reconnaissent des conclusions issues des trois jours de travaux de concertations au Centre international de conférences de Bamako les 10, 11 et 12 septembre 2020. L’Union pour la République et la Démocratie (URD) et Yelema le Changement, ont tous fait comprendre leur adhésion à cette charte.

Le parti de la poigné de mains, URD, dans un communiqué du 14 septembre 2020, affirme son accord avec les résultats obtenus lors de ces concertations nationales. Selon le parti de Soumaila Cissé, ces concertations nationales sont que l’aboutissement d’une longue lutte menée par le peuple malien pour la défense de la démocratie, de l’État de droit ainsi que de la bonne gouvernance.

En tant que membre du FSD et du M5-RFP, le parti du chef de file de l’opposition politique malienne réaffirme son soutien à toute initiative allant dans le cadre de la réussite de cette transition pour la refondation de la Nation malienne. C’est ainsi qu’il invite le Comité national pour le salut du peuple (CNSP) à poursuivre ses efforts pour que ces travaux aboutissent à un consensus plus large. L’URD renouvelle également son appel aux autorités nationales pour la libération immédiate de son Président Soumaila Cissé.

De même, le parti Yelema le Changement, après avoir pris acte des conclusions de ces concertations nationales auxquelles il a activement pris part, estime que la feuille de route et la charte de transition, issues de ces travaux, forment une base d’engagement de la transition politique indispensable pour le Mali. A cet égard, le parti de l’ancien Premier ministre Moussa Mara demande à l’ensemble des forces vives nationales, notamment le M5-RFP d’accompagner le CNSP dans la mise en place des organes contenus dans la charte. Il encourage également le CNSP à engager avec la Cédéao des discussions constructives pour trouver un accord avec cette institution autour des modalités pratiques de la transition. Ce n’est pas tout, les personnalités qui seront choisies pour l’animation de cette période transitoire doivent avoir une réputation incontestable et incontestée et une neutralité absolue, souhaite le parti Yelema.

Sur le web TV « Dambé TV », lundi 14 septembre 2020, Issa Kaou Djim, le Coordinateur de la CMAS de l’Imam Mahmoud Dicko, a affirmé également son soutien à cette Charte ainsi qu’au CNSP. « Le M5-RFP politique n’existe plus. Pour nous, après les concertations, nous sommes dans une nouvelle phase.  Donc chacun pour soi, Dieu pour tous. Ceux qui sont politiques et s’opposent à la charte cherchent autre chose », a-t-il indiqué dans sa Déclaration.  

Rappelons qu’une délégation du CNSP est arrivée ce mardi 15 septembre 2020 à Accra, au Ghana, pour une rencontre des chefs d’État de la Cédéao autour de la situation politique au Mali.

Bakary Fomba, stagiaire

Phileingora

Fousseni Togola, fondateur et directeur de publication du site web phileingora.org. Né à Fana, dans la région de Koulikoro, il a obtenu son baccalauréat au lycée Cabral de Ségou au Mali. Il un Master en philosophie obtenu à l’ENSUP de Bamako. Présentement, il est professeur de philosophie, journaliste-blogueur, écrivain et Mondoblogueur. Il est auteur de plusieurs ouvrages, dont « La société close et ses militants » et « Féminitude ». Il est membre de la Communauté des blogueurs du Mali (DONIBLOG) et contributeur à Benbere, plateforme des blogueurs maliens.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :