ALCOM réclame 23 milliards 40 millions à l’EDM.SA

Dans le cadre de son combat acharné pour la protection des droits des consommateurs, l’Association libre des consommateurs maliens (ALCOM) assigne l’EDM.SA au tribunal de commerce de Bamako ce mardi 1er septembre 2020. Pour plusieurs fraudes sur les factures d’électricité en 10 ans, ALCOM demande à l’EDM.SA le remboursement de près de 23 Milliards 40 millions de FCFA à l’EDM.SA ainsi que 100 millions de dommages et intérêts. 

Près de 23 milliards 40 millions de FCFA, telle est la somme gagnée frauduleusement par l’Énergie du Mali SA (EDM.SA) sur le dos de ses consommateurs depuis 10 ans. L’Association libre des consommateurs maliens (ALCOM) déposera une plainte contre cette structure, aujourd’hui, mardi 1er septembre 2020, à 10 heures au tribunal du commerce de Bamako. Cela, conformément à l’article 180 du Code pénal qui dispose : « [ndlr] sans préjudice du droit de poursuite de l’administration des affaires économiques, tout consommateur ou toute association de consommateurs agréée victime pourra en saisir l’autorité compétente ».

ALCOM reproche à EDM.SA des fraudes sur les factures d’électricité, notamment sur la redevance de l’éclairage public.

Au lieu du taux unique de 113 FCFA HT, l’ALCOM dit avoir constaté que l’EDM.SA impose aux consommateurs maliens, une facturation parallèle variable entre 320fcfa à 5081 FCFA. Un prélèvement qu’ALCOM qualifie de fraude envers la population et saisit, à travers le cabinet de maitre Bakary Dembélé, avocat inscrit au barreau du Mali, le tribunal du commerce de Bamako, pour obtenir le remboursement de cette somme soustraite frauduleusement chez les consommateurs.

Selon ALCOM, en 10 ans, Energie du Mali a soutiré aux pauvres consommateurs près de 23 Milliards 40 millions de FCFA, soit 320 CFA multipliés par les 600 000 abonnés chaque année (2 milliards 304 millions).

En 10 ans, cette somme s’élève à 23 milliards 40 millions de francs CFA. Un chiffre prévisionnel calculé sur le montant minoré entre 320 FCFA à 5081 FCFA du taux HT, soit 320 FCFA.

 Ce n’est pas tout, l’ALCOM demande en plus de cette somme, 100 millions de franc CFA, en guise de dommage et intérêt. Ajoutée à la somme qu’Alcolm juge frauduleuse, EDM-SA doit rembourser au total 23 milliards 140 millions de francs CFA.

Au-delà de l’éclairage public, ALCOM reproche encore à l’EDM SA, beaucoup d’autres prélèvements illégaux tels que le prix du timbre, prélevé forfaitairement entre 420 FCFA jusqu’à 3000 FCFA, alors que le prix du timbre est de 220 FCFA ; l’entretien compteur, qui doit être pris en charge par l’EDM et après le contrat est payé par le consommateur, selon ALCOM. Cela malgré que certains consommateurs peuvent faire plus de 10 ans sans avoir besoin du service d’entretien. Mais au besoin, ils sont obligés de payer entre 10 000 FCFA à 15 000 FCFA, selon ALCOM, en plus de leur « soi-disant frais de déplacement ». Une situation que l’Association libre des consommateurs maliens déplore fortement.

ALCOM a également fait savoir que l’argent de l’éclairage public n’est pas versé à la mairie du district comme ça se doit. D’après le président de l’ALCOM, Abdoulaye Ballo, cela fait plusieurs années que la mairie ne reçoit plus cette somme qui doit pourtant être réinvestie pour étendre et améliorer l’éclairage public dans les différentes localités.  

Au regard de tous ces manquements et estimant que nul n’est au-dessus de la loi, l’ALCOM veut que cet abus de l’EDM SA soit sanctionné pour que cet « argent volé » soit remboursé et réinvestit dans des projets dont la population a besoin tels que l’éclairage public dans des zones où il n’en a pas, etc.

Issa Djiguiba

Phileingora

Fousseni Togola est né à Fana, dans la région de Koulikoro. Il a obtenu son baccalauréat au lycée Cabral de Ségou, au Mali. Aujourd’hui, M. Togola est détenteur d’un Master en philosophie, obtenu à l’École normale supérieure (ENSUP) de Bamako. Présentement, il est professeur de philosophie, journaliste-blogueur, écrivain et Mondoblogueur. Il est auteur de « La société close et ses militants » et de la « Féminitude » et de « Le Mali sous IBK : sept ans d’obscurantisme » qu’il a publié sous le pseudonyme Chiencoro. M. Togola est membre de la Communauté des blogueurs du Mali (DONIBLOG) et contributeur à Benbere, plateforme des blogueurs maliens. Fousseni Togola est fondateur et directeur de publication du site web d’informations générales, d’analyses et d’enquêtes phileingora.org. Il occupe le poste de rédacteur en chef adjoint au journal malien Le Pays. En 2020, il a été nominé au prix Mali Média Award (MAMA).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :